SCOOP ! Bachar al-Assad mange des enfants vivants et commet d'autres atrocités incroyables !

13 avril 2017 source : croa.fr

La rédaction de Croa.fr est sous le choc. Après des années de réinformation sur les conflits au Moyen-Orient, le couperet est tombé ! Nous avions tort... 

Nous pensions en effet que défendre la pluralité des voix sur un même sujet favorisait une vision plus globale et fiable des phénomènes sociaux et humains observés. À ce titre, nous avions pris le parti de soutenir le peuple syrien dans sa lutte contre le terrorisme modéré ou moins modéré, et si cela passait par une alliance avec Bachar « Satan Hitler » al-Assad, nous étions prêts à franchir le pas. Au nom de la liberté d'expression, de la justice, de la vérité et des coquelicots du monde entier.

Mais grand mal nous en a pris. En effet, les nouvelles affluent à la rédaction, et elles sont sans équivoque. Il s'avère que Bachar al-Assad est bel et bien le monstre qui est décrit dans les médias occidentaux et leurs succursales islamiques de type Baraka City, Syria Charity, White Helmets et autres groupes rebelles ou pro-rebelles. 

Un premier pas vers LA Vérité ! 

Ce 13 avril 2017, c'est avec les yeux écarquillés que nous tombons sur un article du journal Le Monde, référence en termes de crédibilité, d'indépendance et de professionnalisme. Cet article, rédigé certes au conditionnel et basé sur des témoignages obtenus via des ONG qualifiées par les mauvaises langues de « douteuses » ou même « liées à la rébellion », énumère des atrocités commises par l'armée arabe syrienne à l'encontre de la population.

Et là, c'est le choc. Des personnes impliquées dans la rébellion ont été victimes d'actes barbares de la part de l'armée syrienne, tandis que l'inverse n'a jamais été prouvé par l'ONU. L'inverse de l'inverse non plus, mais ç'a été possible puisque ç'a eu lieu. Des blessures, des traumatismes physiques et même psychologiques comme par exemple des viols, c'est la marque de fabrique de l'armée syrienne, pas de doute. Cette armée utiliserait en effet le viol comme arme de destruction massive. 

Du coup, convaincus par ces quelques témoignages provenant de rebelles ayant fui le pays et relayés par des ONG liées aux rebelles, nous avons cherché à en savoir plus. Entre la honte et l'horreur, nous devions rectifier le tir et donner davantage de temps de parole à ces rebelles, marginalisés par les médias occidentaux.

L'entrée dans la rébellion syrienne libre démocratique et fleurie

À l'aide de contacts dont nous tairons le nom pour des raisons évidentes, nous sommes entrés en relation progressivement avec des éléments de la rébellion syrienne et des ONG que nous qualifions par le passé, dans notre grande ignorance, de soutiens du terrorisme.

Soyons honnêtes : nous avions peur de contrevenir à la loi en effectuant ces démarches, étant donné l'état d'urgence en vigueur (en raison des attentats commis par des éléments de l'armée syrienne à Paris, à Nice et à Bruxelles), mais notre guide nous a rassurés : « Si c'est pour dire du bien des rebelles, c'est légal, tous vos journaux le font. C'est Bachar le chien qu'il faut dénoncer ! », explique-t-il en nous montrant une photo de lui en train de croquer dans le cœur d'un soldat de l'armée syrienne. À le croire, le djihadisme serait désormais légal vu le soutien massif offert par l'Occident.

Entre quelques voyages en voitures aux vitres teintées, les yeux bandés, et une fouille corporelle protocolaire quelque peu poussée, nous voici sur le chemin de la Syrie. L'itinéraire est long, en raison de la présence de nombreux checkpoints installés pour des raisons évidentes de sécurité.

Après un bref arrêt à Jaffa sous occupation pour emmener des cartes postales et de lourdes caisses en bois dont nous ignorons le contenu, notre contact nous indique que nous arrivons à proximité d'un hôpital situé dans le Golan.

Et là, stupeur et tremblements, nous voici nez-à-nez avec Ousama Ben Laden, le terroriste le plus recherché du monde, qui était selon les médias décédé après une intervention américaine. En train de taper un selfie avec Netanyahou, ce dernier nous aborde : « Shalom Khouya, ça farte ? Bien ou quoi ? »

Nous ne savions pas trop comment réagir. Jusqu'en 2011, c'était un terroriste, mais depuis la révolution syrienne, son groupuscule semble être devenu un allié. À l'époque, nous lui avions serré la main et craché dessus. Ce dernier nous explique avoir l'habitude, et nous emmène au QG des opérations de reconquête du territoire burkatique syrien, occupé illégalement par des civils. 

Après quelques explications d'usage, celui qui se révèle bientôt un sacré blagueur enthousiaste et bon vivant nous présente les ONG responsables de la récolte de témoignages qui dénoncent Assad et l'armée syrienne, « Assad le chien ! » comme ils l'appellent de façon neutre et indépendante.

Dans l'ordre, les classiques Syria Charity, White Helmets et autres grosses pointures de l'information indépendante et démocratique, mais aussi des groupes moins connus mais pourtant tout aussi influents sur la situation en Syrie. 

« Oui, c'est vrai, Bachar nous a toutes niquées, et son armée aussi. Mais c'est pas ça le plus grave... », nous confie Sarah, étudiante syrienne de 28 ans. « Assad mange des enfants vivants », explique-t-elle aux micros, montrant comme preuve un certificat de naissance. L'émotion est intense. Nous retenons nos larmes malgré ces révélations fracassantes. 

Une autre victime, Rachel, explique que Bachar passe ses soirées d'hiver à faire brûler des labradors dans sa cheminée, pour égayer ses soirées du doux chant de la mort des pauvres toutous. « La vérité si j'mens », dit-elle en guise de ponctuation.

Yves, syrien de 45 ans, s'approche de nous et interrompt Rachel : « Je vous le garantis. Si vous faites sauter Bachar, les retombées pour l'ensemble du Moyen-Orient seront excellentes ! ».

Nous n'en doutons pas un instant. Abu Bakr al-Dimouhkrat, responsable de l'ONG Revoir un printemps, abonde dans ce sens. Depuis que Bachar est président, la Syrie est un véritable foutoir. Les infrastructures sont dépassées, la société est en pleine crise interethnique et les communautés s'affrontent avec une violence inouïe, parfois jusqu'à faire couler du sang. La Syrie était au bord de l'implosion. 

Un redressement miraculeux du pays !

« Heureusement, depuis 2011, les choses commencent à s'améliorer, on a retrouvé de la croissance, l'économie se développe, l'industrie est notre secteur de pointe, notamment la chimie, et nous n'avons presque plus de conflits interethniques. En fait, dans les territoires reconquis du Califat, nous pouvons observer sur le terrain une véritable harmonie populaire. Le chômage a presque disparu, et figurez-vous que de moins en moins de Syriens sont demandeurs du RSA. Les hôpitaux sont vides, ce qui est un signe d'avancées majeures en termes de soins de santé, et l'échec scolaire a totalement disparu. Et je ne vous parle pas du secteur immobilier... », explique Abu. 

Et ça, bien entendu, les médias occidentaux n'en parlent pas, obsédés qu'ils sont à faire la propagande du régime syrien assassin et pointeur. 

Abdel Yves Hakim Fly, neurochirurgien émérite de l'hôpital de campagne d'Idlib, nous explique que l'attaque au gaz imputée à juste titre au régime syrien n'est qu'un début : « Mon petit doigt me dit que d'autres attaques chimiques auront lieu. Et croyez-le ou non, ce sera encore Bachar. C'est bien simple, si vous n'avez pas de preuves ni d'indices, ou même de raison logique de croire que c'est lui, c'est ça la preuve. Donc c'est lui ! ».

Au beau milieu d'une manipulation des cadavres encore chauds (victimes d'ouvertures des yeux, sans doute des spasmes post-mortem) de victimes d'attaques au gaz sarin, ce médecin qui a effectué toute sa formation au cours des 6 dernières années à l'Université de la Vie, comme le renseigne son profil Facebook, remarque notre perplexité.

« Cela vous épate, hein ? Sans les gants, on a trop l'habitude. On a développé une immunité au gaz sarin, comme les Casques Blancs », proclame-t-il fièrement, une goûte de sueur lui perlant sur le front, buriné par les affres de la guerre. 

Nous procédons notre visite des installations rebelles modérées et rencontrons, en guise de conclusion, Kharol ibn Foureyst, présidente de l'association « La Burka pour toutes », fondée en 2011 par plusieurs femmes fatiguées d'avoir à lutter pour l'émancipation sociale de la femme.

« Nous avons toujours vécu sous la coupe d'un régime musulman oppresseur qui nous obligeait à vivre selon des critères qui ne nous correspondent pas. Quand il fallait faire les courses, avant, je prenais ma voiture, et j'allais au supermarché. Maintenant, j'envoie mon mari. J'avais un travail, avec une chef qui me pétait les couilles. Alors que maintenant, j'envoie mon mari bosser. Fallait que j'amène les gosses à l'école, etc. Une vie active effrénée. Maintenant, c'est beaucoup plus cool. Je peux me reposer à la maison et je ne sors que si mon mari l'exige. Quel soulagement ! L'islam, c'était trop compliqué pour moi. Le wahhabisme, c'est beaucoup plus simple et accessible à toutes et à tous. Je le recommande chaudement. »





0 COMMENTAIRE

Ajouter un commentaire

27/04

Vous n'en reviendrez pas ! Voici le contenu que Facebook a supprimé de notre page

27/04

Des responsables israéliens :  « Nous voulons boire le sang d'Assad à tout prix ! »

27/04

Le coup d'État de la haute finance : Opération Macron

27/04

2017 : le coup d'État !

25/04

Emmanuel Macron ciblé par de dangereux hackers russes (LOL)

25/04

Premier tour des Présidentielles 2017 : ce qu'il faut en retenir

20/04

Présidentielles 2017 : grand moment de démocratie sur le Service public !

20/04

Le plan des États-Unis pour envahir la Syrie par le sud (au nom des droits de l'Homme)

19/04

Les citoyens des États-Unis de plus en plus atteints par les maladies mentales

19/04

François Asselineau face à Zemmour et Naulleau le 12 avril 2017

19/04

Présidentielles 2017 : Valls appelle à voter Macron dans une lettre ouverte

18/04

Jean-Luc Mélenchon ne veut pas sortir de l’UE, par Trouble Fait

18/04

Guerre imminente entre les États-Unis et la Corée du Nord ?

18/04

Présidentielle 2017 : CNEWS dévoile le complot russe !

18/04

Sexe et pornographie dans les livres scolaires de nos enfants ?

18/04

Construire soi-même un panneau solaire pour moins de 40 euros

18/04

Nassim Haramein : la preuve scientifique que tout ne fait qu'un

18/04

François Asselineau invité de Laurence Ferrari : Europe, Euro et nouveau Franc

18/04

20 minutes de mise en PLS des candidats à l'élection présidentielle par François Asselineau

17/04

Risque d'attentat lors de la campagne présidentielle ?

15/04

Attentat suicide modéré à Alep, de nombreux enfants modérément morts

14/04

Fausses informations : Facebook va encore (beaucoup) censu... sauver la veuve et l'orphelin

14/04

Le FBI espère que les séries télévisées rendront leur agence à nouveau crédible aux yeux du peuple

14/04

Assad : « L'attaque chimique est une fabrication étasunienne à 100 % »

13/04

SCOOP ! Bachar al-Assad mange des enfants vivants et commet d'autres atrocités incroyables !

12/04

J'SUIS PAS CONTENT ! 75 : Macron atomise Audiard, Trump bombarde Bachar & l'Arabie explose la Bourse

12/04

Le Pentagone s'équipe d'armes laser façon Guerre des étoiles

12/04

Décorticage du programme d'Emmanuel Macron par « Trouble Fait »

12/04

Syrie : le reportage qui devrait passer plus souvent sur les ondes

11/04

Israël continuera à soigner les gentils rebelles modérés, selon Netanyahou

Proposer une info